vendredi 20 avril 2018

Les points du discours d'Emmanuel Macron du 20 Mars 2018 sur la Francophonie et la langue française


HAITI: REGARD A LA FENÊTRE/ par Michelle Mevs/ Avril 2018     



PUBLIÉ SUR HAITI

OBSERVATEUR DERNIÈRE

 ÉDITION
 

Les points du discours d'Emmanuel Macron du 20 Mars 2018 sur la Francophonie et la langue française

Non pas comme un faux-nez de notre

empire

colonial…”

Emmanuel Macron.

LE PLAN MACRON POUR LA FRANCOPHONIE ET LA LANGUE FRANÇAISE.






Il faut savoir que le jeune président français Emmanuel Macron a engagé son pays dans une transformation.  C'est ainsi qu'il fait face aux défis d´ajustement de  l'organisation de la Francophonie et de la langue française. A cette fin il prononce un discours le 20 Mars 2018 sur le sujet. Il s'agit de la Francophonie-nouvelle- génération- à- la-Macron!  

Pour bien comprendre:  QUE RENFERME LA VISION MACRON sur la langue française  appliquée à  la  FRANCOPHONIE-NOUVELLE-GÉNÉRATION. (en mode transformation), je prends plaisir à disséquer son discours en la matière.

par Michelle MEVS

Les jeunes haïtiens veulent savoir ce que le mot FRANCOPHONIE renferme. Les moyennement jeunes savent déjà ce que ce mot contient de perversion et de générosité, les deux à la foi;  aux intérêts  de  la  France. Ils  veulent comprendre la métamorphose en cours. je parcoure le discours du jeune président Macron qui eut lieu  sous la coupole de l'Académie Française le 20 Mars de cette année, pour en définir les contours.  Parce que cette FRANCOPHONIE À LA MACRON EST CELLE D'UNE NOUVELLE GÉNÉRATION ET DONC EN OSMOSE du monde,  ainsi, j'accepte de suspendre temporairement mes récriminations et les préjudices AU REGARD DU MOT FRANCOPHONIEpour faire temporairement crédit à la nouvelle politique et aux directives d´Emmanuel Macron, le président français.   
Sachons que le français n'est que la cinquième langue la plus parlée dans le monde mais elle devrait à cause de la démographie expansive de l´Afrique devenir la deuxième langue mondiale. Emmanuel Macron le souhaiterait vivement: Merci l´Afrique!
Tirons les grandes lignes du discours à cet effet:
  • Le Président français  se veut humble et s´explique d'entrée de jeu: Cest avec beaucoup dhumilité que je viens aujourdhui essayer dans ce lieu de vous parler de francophonie.  Je dis avec beaucoup dhumilité parce que la dernière fois que jen ai parlé c’était dans une université à Ouagadougou, peut-être certains qui étaient avec moi sen souviendront. Et je nai eu absolument aucun succès, c’était dans un discours plus large sur lAfrique où jessayais dembrasser nombre de considérations sur lavenir de ce que la France peut y faire et les questions que nous avons à y soulever. Et lorsque jai parlé francophonie cest sans doute le moment où les malentendus se sont le plus installés. Javais face à moi des jeunes étudiantes et des jeunes étudiants qui de manière évidente ne comprenaient pas ce que j’étais en train de dire ou plus exactement se disaient « il nous parle de quelque chose qui ne nous dit rien, il nous parle depuis un endroit ou depuis une langue qui ne nous dit pas la même chose ». ...Lorsque j’étais à Ouagadougou, si ces jeunes étudiants nont pas voulu comprendre ou compris ce que je disais, cest parce quils ont compris que je défends le français contre leur langue …”
    • Et Macron d'ajouter cette image:
..La réponse ma sans doute été donnée tout à lheure par Gabriel FAYE qui nous disait que dans son Bujumbura natal quand on parlait de francophonie lui qui a montré à plusieurs reprises quil sait parler et écrire le français, lui  venait à lesprit la photographie dun président de la République française avec des présidents africains....
Emmanuel Macron commence par faire  l´apologie de la langue française: Parce quaujourdhui de Maradi à Séoul, de Yaoundé à Oulan-Bator, de Nouméa à Buenos Aires, le monde bruisse de notre langue. Elle résonne par sa littérature, par sa poésie, par la chanson, le théâtre, le cinéma, par lart culinaire, le sport, le débat philosophique ou l’éloquence et aujourdhui partout sur la planète en ce jour ainsi choisi la langue française dit le monde et il faut la défaire des images qui ont fait quelle a pu un moment oublier de le dire. Elle en décrit la moindre facette, elle en énonce les aspérités, elle en creuse les conflits, elle en raconte toutes les histoires, elle en tisse le récit entre des individus que séparent des océans, des déserts, des traditions et qui dans le creuset de la langue française se retrouvent et se comprennent.


Emmanuel Macron le 20 mars lors du discours "Une ambition pour la langue française et le plurilinguisme" - LUDOVIC MARIN / AFP

  • Emmanuel Macron dit que la francophonie n'enferme pas la  langue française dans un cadre égoïste et partisan. La langue française serait libre et appartiendrait à quasi-égalité d´avec la France, aux pays de la  francophonie:Ce quon appelle francophonie aujourdhui ce nest pas cet espace incertain à la périphérie de la France laquelle en serait le centre, cest la langue française elle-même qui est devenue le centre de toutes les nations et de tous les peuples où elle a fait souche dans sa variété étourdissante...
  • Emmanuel Macron ajoute qu'en France il faut reconnaitres les lacunes, la perception à partir du territoire France: Et apprendre le français, cest dabord lapprendre en France et nous ne saurions proposer quoi que ce soit pour la francophonie si nous ne savons regarder nos propres imperfections, nos propres lacunes, parfois nos propres reculs.
  • Emmanuel Macron dit qu'ils faut suivre les règles de la langue  Française (grammaire, syntaxe etc):Cest cela la francophonie, ce continent humain qui admet comme Constitution une grammaire partagée, comme articles de loi une syntaxe, comme code civil un vocabulaire.plus loin dans son discours il dit encore: Apprendre à parler et écrire le français dabord cest établir dans toute la francophonie cette Constitution qui nous unit et nous rapproche. Il y a dans le rapport à une langue le rapport à une autorité, elle a ses règles et une langue permet des libertés, vous en êtes pour nombre dentre vous de merveilleux visages, mais elle nexiste pas si dabord on naccepte pas de se soumettre à ses règles, si on naccepte pas son autorité première, les usages que dautres femmes et hommes en ont fait et qui sest progressivement sédimenté, dont on peut retracer lhistoire ou se perdre dans ses rais.
  • Emmanuel Macron parle de décentrementde la langue française, de sa créolisation à la Glissant. Que comprendre? : ...et cest aussi ce décentrement quil nous faut penser... Ici résonnent les paroles dEdouard GLISSANT indiquant comme objet de la poésie le monde, le monde en devenir, le monde tel quil nous bouscule, le monde tel quil nous est obscur, le monde tel que nous voulons y entrer.Pour mieux appréhender  la pensée d'Edouard  Glissant  je vous suggère de lire  mes  articles sur Haïti observateur des 4 et  11 Avril courant.
Emmanuel Macron dans son discours dit encore:
  • LE FRANÇAIS (LA LANGUE FRANÇAISE)  S'EST ÉMANCIPÉE DE LA FRANCE. Ce qui lui donnerait plus d´ampleur monde. Que comprendre? Le français sest au fond émancipé de la France, il est devenu cette langue monde, cette langue archipel parce que dautres langues se parlent dans des continents immenses et des centaines de millions de nos concitoyens la partagent mais il est peu de langues qui se parlent dans cet archipel monde qui est le nôtre.
Au fil des siècles, la langue française est devenue celle des dominants puis celle des opprimés, elle est ce qui permet de ne pas sombrer dans laphasie, dans lincommunicabilité, dans lisolement lorsque surviennent la guerre, la violence, la barbarie. Elle permet de dire une expérience du monde qui aurait pu rester enfouie comme cette anguille sous roche dont parle le récit éblouissant dAli ZAMIR. En faisant de la langue des colons leur langue, en affirmant que la soumission sociale et politique pouvait trouver un exutoire dans la langue des dominants, une langue façonnée, remise à sa main, modelée et investie par une expérience différente, les anciens colonisés ont aussi apporté à notre langue cette expérience de souffrance qui enrichit notre regard et trouve les chemins de la réconciliation dans des imaginaires que tout aurait pu oppose.

  • Emmanuel Macron dit que la langue française n'est pas la seule langue de liberté néanmoins elle est une langue de volonté de liberté:  Avant eux des persécutés, des exclus, des déracinés avaient trouvé dans la langue française leur socle, de Heinrich HEINE à Paul CELAN, mais il serait arrogant de dire que le français serait cette langue seule de la liberté. Non, on a torturé en français, on a fait des choses merveilleuses en français et on continue à faire des choses merveilleuses et terribles en français. Il y a toujours des tyrans qui pratiquent la tyrannie en français et aimer le français nest pas leur donner quitus mais toujours au creux du français il y a eu je crois cette volonté de liberté sans doute toujours inaccomplie, ce destin dont parlait labbé GRÉGOIRE dès 1794, ce projet dont parle aussi STÉTIÉ, cette volonté de ne pas céder.  La langue française aujourdhui est animée de cet immense élan vers la liberté, elle est la langue des combats pour l’émancipation, celle des non-alignés dont parlait Abdou DIOUF et Boutros BOUTROS-GHALI. Elle est aussi la langue des journalistes, des opposants, des blogueurs, des poètes, de tant et tant de pays où on se bat en français pour la liberté”. Les mémoires ainsi se sont mêlées, les blessures des uns sont devenues les blessures des autres et nous travaillons dans la même langue à panser nos plaies franchissant pour cela le seuil de loubli évoqué par Assia DJEBAR dans « La disparition de la langue française. »”

A SUIVRE...